Southern African Regional Poverty Network (SARPN) SARPN thematic photo
Regional themes > HIV/AIDS Last update: 2008-12-17  
leftnavspacer
Search





 Related documents

UNAIDS

Report on the global AIDS epidemic 2006
Rapport sur l’épidémie mondiale de SIDA

A UNAIDS 10th anniversary special edition / Edition spéciale 10e anniversaire de l’ONUSIDA

UNAIDS

2006

SAPRN acknowledges the UNAIDS website as the source of this summary:
www.unaids.org/en/HIV_data/2006GlobalReport/default.asp
[ Share with a friend  ]

View full report: www.unaids.org/en/HIV_data/2006GlobalReport/default.asp

English French
[Download complete summary - 872Kb ~ 5 min (28 pages)]

Executive summary

In the Declaration of Commitment on HIV/AIDS, adopted at an historic special session of the UN General Assembly in 2001, leaders from 189 Member States committed to comprehensive, time-bound targets for the delivery of the effective HIV prevention, treatment, care and support needed to halt and begin to reverse the global epidemic by 2015.

Accountability and transparency are central to achieving these goals. The Declaration of Commitment on HIV/AIDS provides for regular reporting to the General Assembly on global progress, using indicators developed by UNAIDS, individual nations and a diverse range of partners. To inform the five-year assessment of progress by the UN General Assembly in 2006, UNAIDS reviewed country progress reports on core AIDS indicators, with particular attention to quantifiable targets that were to be reached by December 2005.

The 2006 Report on the global AIDS epidemic contains the most comprehensive set of data on the country response to the AIDS epidemic ever compiled. Not only did 126 countries submit full reports, but, for the first time, civil society was actively engaged in the collection, review and analysis of these country data. In addition, UNAIDS received more than 30 separate reports from civil society, allowing for a more comprehensive assessment of political commitment, quality and equity of service coverage, and the effectiveness of efforts to address stigma and discrimination.

Among the key findings of this comprehensive global review are the following:

  • Important progress has been made since the 2001 Special Session, yet there is extraordinary diversity in the response to HIV between countries and regions.

    • While select countries have reached key targets and milestones for 2005, many countries have failed to fulfil the pledges specified in the Declaration.
    • Some countries have made great strides in expanding access to treatment, but have made little progress in bringing HIV prevention programmes to scale, while other countries that are now experiencing a reduction in national HIV prevalence are making only slow progress to ensure that treatment is available to those who need it.

  • In most countries, a strong foundation now exists on which to build an effective HIV response, with increasing political commitment and partner coordination at country level.

    • The rate of increase in HIV resources has accelerated since the 2001 Special Session, with an annual average increase of US$ 1.7 billion between 2001–2004, compared with an average annual increase of US$ 266 million between 1996 and 2001. Available funding in 2005 reached US$ 8.3 billion.
    • Domestic public expenditure from governments has also significantly increased in low-income sub-Saharan African countries, and more moderately in middle-income countries. In 2005, domestic resources reached US$ 2.5 billion.
    • Treatment access has dramatically expanded. From 240 000 people in 2001, 1.3 million people in low- and middle-income countries received antiretroviral therapy in 2005, and 21 countries met or exceeded targets under the “3 by 5” initiative to provide treatment to at least 50% of those who need it.
    • The number of people using HIV testing and counselling services quadrupled in the past five years in more than 70 countries surveyed, from roughly four million persons in 2001 to 16.5 million in 2005.
    • In 58 countries reporting data, 74% of primary schools and 81% of secondary schools now provide HIV and AIDS education.
    • In eight of 11 sub-Saharan countries studied, the percentage of young people having sex before age 15 declined and condom use increased.
    • Six of 11 African countries heavily affected by HIV reported a decline of 25% or more in HIV prevalence among 15–24-year-olds in capital cities.
    • Some countries have achieved nearly 60% coverage of HIV-positive pregnant women receiving antiretroviral prophylaxis to prevent mother-to-child transmission.
    • Blood for use in transfusions is now routinely screened for HIV in most countries.

  • However, there are still significant weaknesses in the response to HIV.

    • HIV prevention programmes are failing to reach those at greatest risk. Efforts to increase HIV knowledge among young people remain inadequate.
    • Although the Declaration of Commitment on HIV/AIDS aimed for 90% of young people to be knowledgeable about HIV by 2005, surveys indicate that fewer than 50% of young people achieved comprehensive knowledge levels.
    • Only 9% of men who have sex with men received any type of HIV prevention service in 2005; fewer than 20% of injecting drug users received HIV prevention services.
    • Services to prevent HIV infections in infants have not scaled up as rapidly as programmes to provide antiretroviral therapy, with just 9% of pregnant women being covered.
    • Civil society reports from over 30 countries indicate that stigma and discrimination against people living with HIV remains pervasive.
    • The HIV response is insufficiently grounded in the promotion, protection and fulfilment of human rights. Half of the countries submitting reports to UNAIDS acknowledged the existence of policies that interfere with the accessibility and effectiveness of HIV-related measures for prevention and care.
    • National governments, international partners and communities are failing to provide adequate care and support for the 15 million children orphaned by AIDS, and for millions of other children made vulnerable by the epidemic.

  • A quarter century into the epidemic, the global AIDS response stands at a crossroads. The AIDS response must become substantially stronger, more strategic and better coordinated if the world is to achieve the 2010 Declaration of Commitment targets. The countries most affected by HIV and AIDS will fail to achieve Millennium Development Goals to reduce poverty, hunger and childhood mortality, and countries whose development is already flagging because of HIV and AIDS will continue to weaken, potentially threatening social stability and national security, if the response does not increase significantly.


[Résumé d’orientation - 901Kb ~ 5 min (28 pages)]

Résumé d’orientation

Dans la Déclaration d’engagement sur le VIH/SIDA, adoptée lors d’une session extraordinaire historique de l’Assemblée générale des Nations Unies en 2001, les leaders de 189 Etats Membres se sont engagés à atteindre des objectifs détaillés assortis de délais pour la fourniture des services de prévention, de traitement, de prise en charge et de soutien nécessaires dans le domaine du VIH afin de stopper et commencer à inverser l’épidémie mondiale d’ici à 2015.

L’obligation redditionnelle et la transparence sont essentielles pour la réalisation de ces objectifs. La Déclaration d’engagement prévoit que des rapports réguliers sur les progrès accomplis soient présentés à l’Assemblée générale, fondés sur des indicateurs élaborés par l’ONUSIDA, les pays eux-mêmes et tout un éventail de partenaires. Pour contribuer à l’évaluation, par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2006, des progrès faits depuis cinq ans, l’ONUSIDA a examiné les rapports d’activité des pays sur les indicateurs SIDA de base, en prêtant une attention particulière aux objectifs quantifiables qui devaient être atteints d’ici à décembre 2005.

Ce Rapport 2006 sur l’épidémie mondiale de SIDA présente l’ensemble de données le plus complet jamais rassemblé sur la riposte des pays à l’épidémie de SIDA. Des rapports complets ont été soumis par 126 pays et, pour la première fois, la société civile a activement participé à la collecte, à l’examen et à l’analyse de ces données nationales. De plus, l’ONUSIDA a reçu plus de 30 rapports rédigés séparément par des organisations de la société civile, qui permettent une évaluation plus détaillée de l’engagement politique, de la qualité et de l’équité des services offerts et de l’efficacité des efforts déployés pour combattre la stigmatisation et la discrimination.

Les principaux résultats de cette analyse mondiale détaillée sont les suivants:

  • Des progrès importants ont été faits depuis la Session extraordinaire de 2001, mais on note une forte diversité entre les pays et régions dans la riposte au VIH.

    • Si certains pays ont atteint les cibles et objectifs clés fixés pour 2005, un grand nombre d’entre eux ne sont pas parvenus à remplir les engagements pris dans la Déclaration.
    • Certains pays ont fait de rapides progrès dans l’extension de l’accès aux traitements, mais n’ont que peu avancé dans l’élargissement des programmes de prévention, alors que d’autres pays, qui connaissent aujourd’hui une baisse de la prévalence nationale du VIH n’améliorent que lentement les programmes visant à assurer un traitement pour tous ceux qui en ont besoin.

  • La plupart des pays disposent maintenant d’une base solide sur laquelle édifier une riposte efficace au SIDA, grâce à l’intensification de l’engagement politique et de la coordination entre les partenaires à l’échelon des pays.

    • Le rythme de l’augmentation des ressources destinées au VIH s’est accéléré depuis la Session extraordinaire de 2001, avec une augmentation annuelle moyenne de 1,7 milliard de dollars entre 2001 et 2004, par rapport à une augmentation annuelle moyenne de 266 millions de dollars entre 1996 et 2001. Les fonds disponibles en 2005 ont atteint 8,3 milliards de dollars.
    • Les dépenses publiques intérieures des gouvernements ont également considérablement augmenté dans les pays à faible revenu d’Afrique subsaharienne et plus modérément dans les pays à revenu intermédiaire. En 2005, ces ressources intérieures ont atteint 2,5 milliards de dollars.
    • L’accès aux traitements s’est élargi de manière spectaculaire. De 240 000 en 2001, le nombre de personnes sous thérapie antirétrovirale dans les pays à faible ou moyen revenu est passé à 1,3 million en 2005, et 21 pays ont atteint ou dépassé les objectifs fixés par l’initiative ‘3 millions d’ici 2005’, visant à fournir un traitement à 50% au moins de ceux qui en ont besoin.
    • Le nombre de personnes fréquentant les services de conseil et de test VIH a quadruplé au cours des cinq dernières années dans plus de 70 des pays étudiés, passant de 4 millions de personnes environ en 2001 à 16,5 millions en 2005.
    • Dans 58 pays ayant présenté des données, 74% des écoles primaires et 81% des écoles secondaires offrent aujourd’hui un enseignement sur le SIDA.
    • Dans huit des 11 pays d’Afrique sub-saharienne étudiés, le pourcentage de jeunes qui ont des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans a baissé et le recours au préservatif est en hausse.
    • Six pays africains fortement touchés par le VIH sur 11 ont annoncé une baisse de 25% ou davantage dans la prévalence du VIH parmi les jeunes de 15 à 24 ans dans les populations urbaines.
    • Plusieurs pays ont atteint une couverture de près de 60% des femmes enceintes séropositives au VIH bénéficiant d’une prophylaxie antirétrovirale pour prévenir la transmission mère-enfant.
    • Le sang utilisé pour les transfusions est maintenant systématiquement contrôlé pour le VIH dans la plupart des pays.

  • Pourtant, la riposte au VIH comporte encore de graves lacunes.

    • Les programmes de prévention du VIH ne touchent pas ceux qui sont le plus exposés au risque. Les efforts déployés pour améliorer les connaissances relatives au SIDA parmi les jeunes restent insuffisants.
    • La Déclaration d’engagement sur le VIH/SIDA visait à ce que 90% des jeunes soient bien informés sur le SIDA d’ici à 2005, mais les enquêtes montrent que moins de 50% des jeunes ont atteint des niveaux de connaissance suffisants.
    • Seuls 9% des hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes ont bénéficié de services de prévention du VIH, quels qu’ils soient, en 2005 ; moins de 20% des consommateurs de drogues injectables ont bénéficié de services de prévention du VIH.
    • Les services destinés à prévenir les infections à VIH chez les nourrissons ne se sont pas élargis aussi rapidement que les programmes de fourniture de traitements antirétroviraux, et 9% seulement des femmes enceintes en bénéficient sur le plan mondial.
    • Les rapports fournis par la société civile dans plus de 30 pays indiquent que la stigmatisation et la discrimination à l’égard des personnes vivant avec le VIH restent très répandues.
    • La riposte au SIDA n’est pas suffisamment ancrée dans la promotion, la protection et le respect des droits de la personne. La moitié des pays ayant soumis un rapport à l’ONUSIDA admettent l’existence de politiques qui font obstacle à l’accessibilité et à l’efficacité des mesures de prévention et de prise en charge du VIH.
    • Les autorités nationales, les partenaires internationaux et les communautés ne parviennent pas à offrir une prise en charge et un soutien suffisants aux 15 millions d’enfants rendus orphelins par le SIDA et aux millions d’autres enfants rendus vulnérables par l’épidémie.

  • Un quart de siècle après le début de l’épidémie, la riposte mondiale au SIDA se trouve à un tournant. La riposte au SIDA doit considérablement se renforcer et devenir plus stratégique et mieux coordonnée pour que le monde atteigne les objectifs fixés par la Déclaration d’engagement pour 2010. Si la riposte au SIDA ne s’intensifie pas de manière significative, les pays les plus touchés par le SIDA ne parviendront pas à réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement, en vue de réduire la pauvreté, la faim et la mortalité infantile, et les pays dont le développement est déjà à la traîne du fait du SIDA continueront à s’affaiblir, menaçant potentiellement la stabilité sociale et la sécurité nationale.




Octoplus Information Solutions Top of page | Home | Contact SARPN | Feedback | Disclaimer &^nbsp;