Southern African Regional Poverty Network (SARPN) SARPN thematic photo
Regional themes > Trade Last update: 2008-12-17  
leftnavspacer
Search







Memorandum of Civil Society to the 3rd Ordinary Session of the AU Ministers of Trade
Mémorandum de la Société Civile à la 3ème Session Ordinaire des Ministres du Commerce de l'Union Africaine

African Trade Network

Cairo, Egypt

5-9 June 2005

[ Share with a friend  ]
English French
[Download complete version - 32Kb < 1min (5 pages)]

Members of the Africa Trade Network (ATN), and other civil society organisations working on issues of trade and development in Africa, take the opportunity of the third ordinary session of the African Union Ministers of Trade in Cairo, Egypt, to communicate to the ministers our views on Africa's concerns and positions on the on-going trade negotiations in the World Trade Organisation as well as within the framework of the Economic Partnership Agreements.

As with previous occasions of engagement with African governments, our aim is to contribute to upholding the unity and resolve of African countries in the on-going negotiations, as well as to support their continuing efforts to ensure that the interest of African people and economies are central in the outcomes of those negotiations.

This year is even more critical for African countries both in terms of the WTO and EPA negotiations.

As members of the WTO prepare towards the Ministerial Conference in Hong-Kong, we note that four years since the adoption of the Doha work programme, there is little evidence of progress in tackling the developmental concerns of African and other developing countries which were proclaimed as pivotal to the success of the Doha agenda. On the contrary, as evident from their proposals, the rich and powerful industrialised countries of the WTO continue to pressurise African and other developing countries to undertake further and deeper liberalisation commitments in their industrial and agricultural sectors even while the developed countries remain intent on maintaining their advantages and protection.

Thus, in spite of the legitimacy of their positions, and of all their efforts, African and other developing countries face the prospect that the current imbalances of the international trade regime - which has wreaked havoc on their economies and their peoples - will not be addressed; and that indeed these will be worsened.

These dangers are being replicated in the context of negotiations for regional and bilateral trade agreements which African countries are having to engage in. Many African regions are engaged in negotiations with the European Union for so-called Economic Partnership Agreements, which have been widely acknowledged as posing serious dangers to the sustainable development of the African regions and economies. Nevertheless the EU insists on the negotiation of EPA packages that will undermine rather than contribute to sustainable development.

As they prepare for the forthcoming WTO General Council meeting in July and subsequent gatherings on the way to the Hong-Kong Ministerial, we urge our governments to remain firm in articulating positions which promote the interests of their people and economies. In this light, we wish to bring the following recommendations on the most pressing issues on the agenda of international trade negotiations to the attention of this meeting.

[Document entier - 45Kb < 1min (7 pages)]

Nous, membres d'ATN (Africa Trade Network) et d'autres organisations de la société civile africaine intervenant dans le domaine du commerce et du développement en Afrique, aimerions profiter de la 3ème Session ordinaire des ministres du commerce de l'Union Africaine qui se déroule au Caire, en Egypte, pour exprimer nos points de vue sur les préoccupations et les positions africaines relatives aux négociations commerciales en cours à l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) et dans le cadre des Accords de partenariat économique.

A l'instar de engagements préalables avec les gouvernements africains, notre objectif est de contribuer au maintien de l'unité et de la détermination des pays africains dans les négociations en cours et de soutenir leurs efforts inlassables afin d'assurer que l'intérêt de leurs populations et de leurs économies demeure au cœur de ces négociations.

Cette année se révèle d'autant plus cruciale pour les pays africains en raison des négociations tant à l'OMC qu'au niveau des APE.

Au moment où l'OMC se prépare pour la Conférence Ministérielle de Hong Kong, nous notons que quatre années après l'adoption du programme de travail de Doha, il y a peu de signes de progrès dans la recherche de solutions aux préoccupations de développement des pays africains et des autres pays en développement, ce qui avait été déclaré primordial pour la réussite du Programme de Doha. Au contraire, comme le montrent leurs propositions, les grandes puissances riches et industrialisées de l'OMC continuent de faire pression sur les pays africains et sur les autres pays en développement pour les amener à prendre des engagements de libéralisation plus approfondis dans leurs secteurs agricoles et industriels, alors même que les pays développés s'obstinent à maintenir leurs avantages et leur protectionnisme.

Ainsi, en dépit de la légitimité de leurs positions et malgré tous leurs efforts, les pays africains et les autres pays en développement risquent de se retrouver dans une situation où les déséquilibres actuels du régime commercial international - qui a eu des effets désastreux sur leurs économies et sur leurs populations - ne seront pas abordés ; et vont, de fait, s'aggraver.

On retrouve les mêmes risques dans le contexte des accords commerciaux bilatéraux et régionaux que les pays africains sont amenés à négocier. De nombreuses régions africaines négocient avec l'Union européenne (UE) des Accords dits de Partenariat économique, dont il a été reconnu qu'ils présentent des risques sérieux pour le développement durable des économies et des régions africaines. Néanmoins, l'UE insiste sur la négociation de trains d'APE qui vont miner, au lieu de soutenir, le développement durable.

Alors qu'ils se préparent pour la prochaine réunion du Conseil Général de l'OMC, en juillet, ainsi que pour d'autres rencontres en prévision de la Conférence ministérielle de Hong Kong, nous invitons vivement nos gouvernements à rester fermes pour formuler des positions qui défendent les intérêts de leurs populations et de leurs économies. C'est dans ce contexte que nous aimerions porter à l'attention de la réunion les recommandations suivantes sur quelques questions cruciales à l'ordre du jour des négociations commerciales internationales.



Octoplus Information Solutions Top of page | Home | Contact SARPN | Feedback | Disclaimer &^nbsp;